Turcot: open letter to Dr Richard Lessard, Directeur, Direction de santé publique de Montréal

40 signataires – des organisations et des élus de Montréal

Impacts néfastes sur la santé publique du projet de reconstruction du complexe Turcot

Les autorités de la santé publique doivent intervenir

Lettre ouverte

Dr Richard Lessard
Directeur, Direction de santé publique de Montréal

Depuis la publication, en 2006, de votre Rapport annuel sur la santé de la population montréalaise « Le transport   urbain,   une   question   de   santé »,   votre   Agence   a   multiplié   les   interventions   publiques,   la publication     d’articles   et   de   mémoires   et   l’organisation   de  colloques,   indiquant   clairement   l’impact néfaste sur la santé de l’augmentation croissante du parc automobile et de la présence d’autoroutes en  milieu    urbain.    L’Agence    s’est  constamment        opposée     à  tous   les  projets   autoroutiers    récents    qui entraîneraient une augmentation de la circulation sur l’île de Montréal (autoroute 25, rue Notre-Dame, échangeur      Turcot),   prônant   plutôt   les   investissements     massifs    dans   les  transports    collectifs  et   les  transports     actifs  afin de  favoriser    la  santé   en  réduisant   les   traumas     routiers  et  en   diminuant     les émissions atmosphériques nocives ainsi que la sédentarité.

Les   audiences   publiques   sur   l’environnement portant   sur   le   projet   de   réaménagement   du   complexe Turcot   ont   démontré      de   manière   éloquente   l’opposition      quasi   unanime     des   experts   et   des   divers groupes   de   citoyens   à   un   projet   qui  augmenterait   les   volumes   de   circulation   et,  par   conséquent,  les impacts sur la santé dans les quartiers environnants, et ce, pour des décennies.  En plus des résidents, les patients hospitalisés au Centre universitaire de santé McGill, en construction pratiquement à côté de   l’échangeur,   seront   affectés.   Nous   croyons      qu’un   projet  qui   ne  permettrait    pas   de   réduire   ces impacts n’a pas sa place en 2010, dans une société qui dit se préoccuper de la santé de la population. Dans   son   mémoire,   l’Agence   conclut   elle-même   que   le   projet,  s’il   ne   diminue  pas   les   déplacements automobiles,   est   inacceptable   et   que  des  mesures   visant   à  améliorer  la   santé   de   la   population   en réduisant de manière importante les volumes de circulation sont nécessaires.

Vous avez évoqué, dans deux entrevues accordées à Radio-Canada (C’est bien meilleur le matin, 17 juin 2009) et au quotidien La Presse (19 juin 2009), l’opportunité, si le projet Turcot comportait toujours des risques majeurs pour la santé à la suite des audiences publiques du BAPE, d’avoir recours à l’article 55 de    la  Loi  sur  la  santé  publique    du  Québec,    en   vue   de  demander       aux  intervenants    pertinents    de s’engager dans la recherche d’une solution adéquate aux problèmes de santé publique induits par le projet.

La version du projet présentée mardi le 9 novembre 2010 par le ministère des Transports n’apporte pas de   réponse   satisfaisante   aux   préoccupations   de   santé   publique   que   vous   mettez   en   évidence   depuis près de deux ans, dans la mesure où elle ne vise  pas une réduction du volume de circulation. Comme vous   l’avez   vous-même   clairement   indiqué   dans   une   nouvelle   entrevue   à   Radio Canada  la   semaine dernière,   les   problèmes   de   santé   seront   accrus   dans   les   quartiers   situés   à   proximité   de   l’échangeur puisque le volume de circulation va augmenter après la reconstruction.

Pourtant,  les   solutions,  telles   que   l’intégration   au   projet   d’équipements   structurants   de   transport   en commun        (prolongement       vers  LaSalle   et  Lachine    du   réseau    initial  du  tramway,     bonification    de   la desserte des trains de banlieue actuels, mise en place du train de l’Ouest, etc.) permettant de réduire considérablement   le volume   de   circulation,  existent et   sont   connues   depuis   longtemps. Ces   mesures sont évoquées par le MTQ mais nous croyons qu’elles doivent être officiellement intégrées au projet Turcot  et qu’un financement doit leur être affecté. De plus, la conception des ouvrages du complexe Turcot devraient tenir compte du formidable  potentiel de transfert modal qu’offrent ces alternatives à la voiture.

Dans   ce   contexte,  nous   vous   demandons   d’agir   en   fonction   des  pouvoirs qui   vous   sont conférés   par l’article   55   de   la   Loi   sur la   santé   publique   du   Québec  et   de   « demander   formellement   aux   autorités dont l’intervention [vous] paraît utile de participer avec [vous] à la recherche d’une solution adéquate dans les   circonstances ». Cette   démarche   pourrait   notamment   permettre   d’inclure   dans   le   décret   du projet un objectif de réduction du volume de circulation et de mise en œuvre à court terme de projets structurants   de   transports   en   commun.   Cet   objectif   nous   apparaît   primordial   pour   que   le   projet   soit
acceptable du point de vue de la santé des populations et pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre établis par le gouvernement du Québec.

Espérant      que   vous   exercerez    cette   responsabilité     avec   diligence    compte     tenu   de  l’urgence    de   la situation, nous vous assurons tout notre appui dans vos démarches à cet effet.

Nous vous prions d’agréer, Dr Lessard, nos sincères salutations,

  • Kelly Krauter, directrice générale, Action communiterre
  • Jean Zigby, vice-président, Association canadienne des médecins pour l’environnement
  • Patricia Dumais, Secrétaire, Association municipale de Westmount
  • Lucie Thibodeau, présidente, Association pour la santé publique du Québec
  • André Bélisle, président, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique
  • Owen Rose, président, Centre d’écologie urbaine de Montréal
  • Carl Bégin, porte-parole, Coalition Humaniser Notre-Dame
  • Coalition Mobilisation Turcot
  • Al Hayek, président, Coalition verte
  • Gillian Keefe, directrice générale, Conseil communautaire Notre-Dame-de-Grâce
  • Denis Plante, président, Conseil régional de l’environnement de Montréal
  • Mary Stark, directrice générale, Contactivity Centre
  • Peter McQueen, conseiller de la ville Projet Montréal, district de Notre-Dame-de-Grâce de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
  • Jenny Patton, chef, Environment Committee of Westmount’s Healthy City Project / Comité Environnement du Projet Ville en Santé de la Ville de Westmount
  • Sidney Ribaux, coordonnateur général, Équiterre
  • Karel Mayrand, directeur général pour le Québec, Fondation David Suzuki
  • Florence Junca-Adenot, directrice, Forum URBA 2015 UQÀM
  • Pierre Brisset, directeur, Groupe de recherche urbaine Hochelaga-Maisonneuve
  • Marlo Turner Ritchie, Directrice, Head & Hands / À deux mains
  • Patrick Asch, directeur, Héritage Laurentien
  • Dimitri Roussopoulos, vice-président, Institut de politiques alternatives de Montréal
  • Derek Robertson, directeur, Jardin collectif de l’Allée  des Tanneries
  • Campbell Stuart, secrétaire, Les Amis de Meadowbrook
  • Benoit Dorais, maire de l’arrondissement Le Sud-Ouest
  • Véronique Fournier, conseillère de la ville Équipe Harel-Vision Montréal, district Saint-Henri-Petite-
    Bourgogne-Pointe-Saint-Charles de l’arrondissement Le Sud-Ouest
  • Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement Projet Montréal, district Saint-Henri-Petite-Bourgogne-
    Pointe-Saint-Charles de l’arrondissement Le Sud-Ouest
  • Huguette Roy, conseillère d’arrondissement Équipe Harel-Vision Montréal, district Saint-Paul-Émard de
    l’arrondissement Le Sud-Ouest
  • Fiona Keats, directrice générale, NDG Food Depot
  • Valérie Simard, organisatrice communautaire, POPIR-Comité Logement
  • Nicole Bastien, directrice, Pro-Vert Sud-Ouest
  • Patrick Barnard, co-fondateur, Save The Park! Sauvons le parc!
  • Pierre Dénommé, directeur, Sentier Urbain
  • Don Hobus, vice-président, Sierra Club Québec
  • Shannon Franssen, coordonnatrice, Solidarité Saint-Henri
  • Melanie Stuy, présidente, St-Raymond’s Residents’ Association
  • Louise Harel, chef de l’opposition officielle, Ville de Montréal
    Richard Bergeron, chef de la 2e  opposition, Ville de Montréal
  • Marilynn Gillies, vice-présidente, Westmount Walking and Cycling Association

c.c. :   Dr Alain Poirier, Directeur national de santé publique

See also: www.cyberpresse.ca/place-publique/courrier-des-lecteurs …

Comments are closed.